Election Scottie Barnes trouve son rôle chez les Raptors

Election Scottie Barnes trouve son rôle chez les Raptors

Election

Sélectionné au quatrième rang du plus récent repêchage de la NBA, Scottie Barnes n’a pas tardé à se faire une place chez les Raptors de Toronto, mais l’athlète de 20 ans doit désormais travailler à trouver son identité propre.

Lors du match de vendredi soir contre les Wizards de Washington, remporté 109 à 105 par l’équipe canadienne, Barnes a établi un sommet en carrière avec 27 points. Quand est venu le temps de commenter sa performance, l’Américain a exposé son plan de jeu, somme toute assez simple. 

«J’ai essayé d’attaquer l’anneau et d’inscrire les paniers faciles, a-t-il mentionné en conférence de presse, après la rencontre. Il fallait seulement trouver les bonnes occasions pour marquer aisément.»

Une chose est sûre, Barnes ne manque pas de confiance. L’entraîneur-chef Nick Nurse lui a confié de grandes responsabilités dès ses débuts, et il a passé le cap des 40 minutes dans un match pour la troisième fois de la saison, contre les Wizards.

Décrit par plusieurs comme un joueur d’écrans («screener»), le colosse de 6 pi 7 po préfère en rire, lui qui tente de sortir du moule.

«J’essaie de développer mon jeu à chaque match pendant la saison, que ce soient mes tirs, mes déplacements sur le terrain ou les transitions. C’est sûr que je vais accroître mes champs de compétence. Je ne limite pas mon jeu à un seul aspect», a confié Barnes.

Des compliments de VanVleet 

Il faut toutefois dire que la jeune pousse s’acquitte très bien de son rôle sous le panier. Fred VanVleet, son complice de la soirée, l’a qualifié de «puissance dans la peinture». Barnes s’est rendu disponible pour les remises du meneur de jeu.

«Il était agressif et physique ce soir [vendredi]. […] Sa courbe de progression est très haute, il est un jeune joueur très talentueux. Quand il se plaçait bien, je n’avais qu’à lui remettre le ballon», a expliqué VanVleet.

Son coéquipier lui a rendu la pareille : «Il est un joueur très intelligent, a d’abord mentionné Barnes. Il a une bonne vision du jeu et il attaque sans cesse. […] Il me trouvait tout le temps et je tentais de dénicher les espaces libres.»

Nurse a vanté de son côté l’agressivité de l’ailier, bien qu’il commette encore quelques erreurs. À la façon dont son jeu progresse, Barnes aura réglé ses petits pépins en un rien de temps.

Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published.